Les Villas du
Port-Vieux

 



La Place du Port-Vieux



Villa de Bourdieu


1873

Villa Maria-Elena, ex Antoinette

M. Léglise avait acheté au dévut de l'année 1888 la vaste prairie Davie 15 francs le m². L'architecte Alphonse Bertrand dressait peu après les plans du superbe édifice, baptisé Antoinette. Le parc agrandi descendait jusqu'au Port-Vieux. A flanc de colline, des motifs floraux géants jetaient une note colorée sur le vert des pelouses qui menaient aux écuries.

En avril 1891, pour la venue à Biarritz du Président de la République, Sadi Carnot, le maire Alcide Augey l'invita à entrer chez M. Léglise, qui leur offrit le lunch.

En 1898, Paul Deschanel, président de la Chambres des députés, rendait visite à son ami Léglise qui avait engagé pour l'occasion le plus célèbre cuisinier landais du moment.

Trois ans après le décès de M. Léglise, en mai 1918, l'agence Massard vendit Antoinette au Bolivient Patino, ministre de son pays à Paris. Le milliardaire sud-américain appela la maison Maria-Elena du nom d'une de ses filles. Simon Patino, roi de l'étain, était à la fin de la première guerre mondiale, l'une des plus grosses fortunes internationales.

Maria-Elena fut vendue en coprorpiété en 1947.



Achetée par le banquier dacquois Paul Gardilanne en 1878, la maison "Abondance " devint pension de famille où
l'on trouvait le gîte et le couvert à partir de sept francs par jour. Elle prit le nom de " Pavillon des Roches " lorsqu'elle
fut rachetée par Albert Grenier.

Texte de Monique et Francis Rousseau - Biarritz-Promenades - Photo 2007 : Michel Dauvillier
Biarritz / Les Quartiers / Les Hôtels / Les Villas - Les Belles disparues / Les Eglises / La vie quotidienne / La vie mondaine