Les Quartiers de Biarritz

Les Thermes Salins
   
 

 

Dès 1832 fut envisagée la création d'un établissement de bains chauds dans le quartier de l'ex-domaine impérial.

Edifiés par l'architecte palois Lagarde sur le fond d'un lac asséché (le lac de l'Estagnas), ils appartenaient à monsieur Hézard, fondateur des salines de Briscous.

 

     

La première pierre fut posée par la reine Nathalie de Serbie en 1892

En juin 1893, elle présidait à l'ouverture des Thermes Salins qui, pendant près d'un demi-siècle, devaient contribuer à développer considérablement l'activité de Biarritz et susciter la création d'un nouveau quartier et son extension, le quartier Saint -Charles.

Les sources salées de Briscous qui alimentaient l'établissement étaient remarquables par leur composition et leur richesse en sels minéraux.

Environ dix fois plus concentrées en sel que l'eau de mer et une minéralisation supérieure à celles des autres sources : Salies-de-Béarn, Salies-du-Salat, Salins-du-Jura.

Après concentration du chlorure de sodium par chauffage, elles donnaient des eaux-mères remarquablement riches en chlorure de magnésium, en bromures et sulfate de magnésie.

La cure thermale consistait en bains de concentration progressivement croissante et complétée par des douches et applications locales en irrigations ou en compresses.

Dès 1765, les bains de mer à Biarritz étaient recommandés.

En 1845, le docteur Affre publie le Manuel du Baigneur ou Notice sur les bians de Biarritz, qui donne tous les conseils nécessaires à une " cure", le nombre de bains par jour, le choix des plages, la durée des bains et l'usage des bains chauds.

Dès 1868, un médecin anglais, le docteur Lee, attire l'attention de ses confrères sur l'excellence du climat dans son livre The healt resort of the south fo France. En 1880, c'est le docteur Yéo Burning qui recommande Biarritz dans un livre intitulé Climate and health resorts, qui devient très populaire en Angleterre.

Les médecins anglais connaissaient les particularités climatiques de Biarritz et conseillaient à leurs patients atteints de bronchites, laryngites ou pharyngites, un séjour sur le site des plages biarrottes.

L'importance prise par Biarritz explique pourquoi le Premier Congrès International d'Hydrologie et de Climatologie s'y déroula eu 1er au 8 octobre 1886, réunissant plus de mille personnes, médecins, météorologues et savants du monde entier. Ce qui fait écrire au New York Herald Tribune, le 28 Février 1887, que Biarritz n'a pas son rival comme station océanique climatique.

Par décret du 30 mai 1912, Biarritz est classée " Station Hydrominérale ".

 

 

Au moment où paraît ce décret, il y a plus de vingt ans que fonctionnent les " Thermes Salins ".

Le bâtiment construit dans le style hispano-mauresque en faveur à la fin du XIXe siècle, développait une imposante façade de 65 mètres au milieu d'un parc ombragé.

 

     
Une tour de vingt mètres de haut contenait les réservoirs d'eau thermale, une cheminée la surmontait pour assurer le chauffage permanent de l'établissement ouvert toute l'année.
 
     
 
     
 
     
Retrouvez toutes les photos en feuilletant l'album
 

Le rayonnement du thermalisme résista à l'épreuve de la Grande Guerre et l'activité thermale subsista, malgré la crise
économique de 1930, soutenue par le dynamisme des médecins qui publiaient la Revue Médicale de Biarritz.

La guerre de 1939-1945 imposa la fermeture de l'établissement. En 1946, un négociant bordelais,
Monsieur Maugey, se rend propriétaire des Thermes Salains mais l'agressivité des eaux salées à
rongé les installations qui réclament une restauration totale.

Une équipe médicale, entraînée par le docteur Benoist, entouré des docteurs Claisse, Lataste,
Mercier des Rochettes, Mousset, permet en juin 1949 la tenue d'un Congrès International de Gynécologie
dans l'établissement rénové.

     
Les Thermes Salins dans les années 1960
Biarritz / Les Quartiers / Les Hôtels / Les Villas - Les Belles disparues / Les Eglises / La vie quotidienne / La vie mondaine