Eglise Saint-Andrew's

 

La première église anglicane ouvrit ses portes rue du Temple ; l'Impératrice Eugénie, peu soucieuse
d'oecuménisme, s'était opposée à ce qu'elle fut édifiée dans une artère plus importante.
Napoléon III, quant à lui, avait contribué généreusement à la construction de l'édifice en
offrant une somme de 2 000 frs à la Société Anonyme qui patronnait l'entreprise.

La colonie britannique ne cessant de s'accroître, les fidèles se retrouvèrent à l'étroit et il fallut bien
envisager une autre solution. Un terrain appartenant à M. Broquedis fut choisi et une liste de
souscription ouverte. Mais l'argent était rare, les travaux désespérément coûteux et M. Broquedis,
fort peu compréhensif. Les soucis d'ordre financier finirent par s'étténuer avec les dons particulièrement
fastes des marquis de Cholmondoley et d'Aylesbury.

L'égise Saint-Andrew's fut édifiée par un architecte anglais en 1878.
La première pierre avait été posée par la princesse Frederika de Hanovre et
la cérémonie de consécration présidée par l'évêque de Londres.

 
Saint-Andrew's était le plus important édifice anglican de France après celui de Paris.
Sortie de l'office à l'Eglise anglicane
     

Sur l'un des côtés a été ajouté sous le porche d'entrée un mausolée, dont les murs sont tapissés
de plaques de marbre portant les noms des Anlais tués en 1813-1814 lors des combats de la
Bidassoa jusqu'aux portes de Toulouse, entre les armées de Soult et de Wellington.

     
 



Le roi Edouard VII à la sortie de l'office
     

L'entretien de l'édifice et le service d'un chapelain devenant de plus en plus lourd, compte tenu de la
diminution de la colonie anglaise, l'église fut achetée en 1980 par la Ville de Biarritz et ainsi sauvée de la
destruction.

 

Elle abrite aujourd'hui les premières collections du Musée du Vieux Biarritz.

 
Texte de Monique et Francis Rousseau - Biarritz-Promenade
Texte de l'ouvrage " Biarritz, au vent du large et de l'histoire " - Mairie de Biarritz
Biarritz / Les Quartiers / Les Hôtels / Les Villas - Les Belles disparues / Les Eglises / La vie quotidienne / La vie mondaine