La Chapelle Impériale
Humble, gracile " élégante et simple à la fois " (Mérimée),
la chapelle Notre-Dame-de-Guadalupe est une précieuse relique de l'ère impériale.

Avant 1890

Sa construction en 1864 coïncidait avec l'installation de Maximilien sur le trône du Mexique.

Le capitaine Castets rapportait en France les drapeaux conquis sur l'adversaire, drapeaux que Mérimée, toujours aussi irrespectueux, qualifie de " cinq loques emmanchées de cinq bâtons ".

 

   

En 1890



La chapelle avant 1904,
la villa Labat n'est pas encore construite.
 

La chapelle fut dédiée à Notre-Dame-de Guadalupe, la Vierge noire vénérée par les Mexicains.

 

Emile Boeswillwald, inspecteur général des monuments historiques, est à l'origine du plan et de la réalisation de la chapelle, mélange de néo-roman et de byzantin avec réminiscences hispano-mauresques. Le décorateur Dominique-Alexandre Denuelle fut chargé du pavement ainsi que du revêtement des murs.

 
     

Mérimée était très satisfait de la construction, satisfait parce qu'il n'y aura plus
" le village à traverser pour entendre le saint sacrifice de la messe " .

Satisfait aussi parce que le résultat, à un détail près, lui semblait une réussite : " La seule chose
que j'aie trouvée à redire est la couleur des briques qui est trop vive. Je pense que la pluie,
la poussière et le sel qui jouent un grand rôle ici, changeront assez rapidement cette teinte trop vive ".

     

 

   
Le tramway passant devant la chapelle en 1890
 
 
 
La première messe fut célébrée à Notre-Dame-de-Guadalupe
pour l'anniversaire de la mort de la duchesse d'Albe, soeur de l'impératrice, en 1865.
 
 
Quand souffla le vent de la défaite, la chapelle faillit être incendiée par les émeutiers.
L'intendant du Palais, Etienne Ardoin, s'interposa vigoureusement.
     

La Banque parisienne vendit la chapelle en Juillet 1887 au journaliste Ernest Lamaignère.
Il veillera jalousement sur elle pendant dix-sept ans.

Sa fille la céda en 1906 à Mlle Marie Durrieu. Celle-ci en fit don en 1934 à l'Association diocésaine qui ne s'en occupa guère.

Heureusement, la Ville a racheté cette pièce unique de son patrimoine.

 
 
 

Biarritz / Les Quartiers / Les Hôtels / Les Villas - Les Belles disparues / Les Eglises / La vie quotidienne / La vie mondaine